Résumés

Hélène Barr. Männerbilder – Frauenbilder in der Reklame der Illustrierten der 20er Jahre / Représentation de la masculinité et de la féminité dans la publicité des illustrés des années 1920

In der Weimarer Republik ist Reklame zu einem konstanten und vielgestaltigen Bestandteil der Lebenswelt geworden. In meinem Vortrag werde ich Anzeigen untersuchen, die in illustrierten Zeitschriften (wie beispielsweise dem Illustrierten Blatt aus Frankfurt am Main) zwischen 1924 und 1929 erschienen und an eine Bevölkerungsschicht adressiert sind, die sich mit Siegfried  Kracauer als „die Angestellten“ bezeichnen lässt. In teilweise kunstvoll gestalteten, oft sehr drastischen Wort-Bild-Kombinationen agiert diese Reklame eindringlich, häufig sehr theatralisch, in ihrer Argumentation ist sie schonungslos direkt. Implizit wie explizit werden Codices zitiert, die sowohl das Verhalten des Einzelnen als auch den gesellschaftlichen Umgang definieren. Die Reklame wird so zu einem programmatischen Spiegel des Menschen- und Gesellschaftsbildes der Weimarer Republik.

Zwei grundsätzliche Strategien lassen sich in der Reklame der Zeit beobachten: Wie auch in der heutigen Werbung greift die Reklame in den 1920er Jahren Wunsch- und Idealbilder auf, um ein Produkt zu vertreiben. Propagiert wird ein Menschenbild, das für Männer wie Frauen mit unterschiedlichen Gewichtung, doch gleichsam synchron gilt – gezeigt wird der stilsichere, souveräne, erfolgreiche und gepflegte Mensch. Argumentatives Gegenpart sind Anzeigen, die mittels Abschreckungsstrategien agieren. Sie greifen die offensichtlich latente Angst vor Schwächen, Versagen und Scheitern auf; körperliche Mängel werden ostentativ bloß gelegt und gerinnnen zu existenziellen Schreckenszenarien. Diese oftmals agressiven Argumentationsstrategien verweisen auf einen psychischen Subtext, der einer ganzen Gesellschaftsgruppe eingeschrieben zu sein scheint.   

Dominique Bouchery (La Contemporaine)

L’importance des collections de presse dans la constitution des collections de l’établissement. Place de la Presse illustrée dans cet ensemble : acquisition et réflexion pionnière sur l’image et les représentations que celles-ci véhiculent. Le Musée et les expositions « grand public » à vocation pédagogique organisées dès le début (à Strasbourg et Paris, 1920), témoignent de cette volonté de « donner à voir ».

Elargissement du lectorat dans les années 1890-1900, dépasse les cercles bourgeois. Progrès techniques : presse rotative et photogravure. Développement du ferroviaire et du câble. « Concurrence » Gravure/ Photographie. Processus d’autonomisation de l’image par rapport au texte. Culture visuelle de guerre. Censure : par ex. échoppage Excelsior n°1813 du 2 novembre 1915. Développement des tirages, qui doublent atteignant le million d’exemplaires pendant cette périodei (Le Miroir, L’Excelsior). Besoin de voir, donner sens à un conflit extraordinaireii. Mise en scène des combats, cartes du front représentant l’espace de la guerre. Photographie aérienne cf. L’Illustration n°3785, 18 sept. 1915 (Dardanelles). Témoigner, vendre, mobiliser. Titres artistiques, à l’instar de Wieland (P. Schilling) et Le Mot (P. Iribe). Désorganisation, pénurie de papier (1917). Mobilisation des milieux journalistiques et artistiques. Georg Scott, Georg Lehmann. Pas de rupture dans les représentations au départ. Propagande patriotique (Atrocités). Photographie amateure, agences. Circulation des images, avec certaines limites toutefois (Fraternisations).

Aurélien Brossé / Arnaud Dhermy. La collection de presse conservée à la BnF et sa diffusion dans Gallica

La Bibliothèque nationale de France conserve près de 250 000 titres de presse, ce qui représente plus de 40km linéaires. Les magazines se trouvent intégrés à cette immense collection issue du dépôt légal. Leurs modes d’entrées, de cotation et de conservation sont identiques à ceux de la presse en général, les magazines ne forment donc pas un fonds spécifique. Il s’agira lors de cette intervention de revenir sur l’histoire mouvementée de la constitution des collections de presse de la BnF, cerner ces spécificités permettant d’appréhender au mieux la recherche documentaire. Une rapide démonstration de la recherche de périodiques dans le Catalogue général illustrera le propos.”

Bien entendu, la numérisation des collections de la BnF dépend aussi de ces contraintes. Par ailleurs l’accroissement des ressources de Gallica découle d’une politique documentaire qui inclut les collections des structures partenaires de la BnF, notamment d’un grand nombre de bibliothèques françaises. Cette coopération documentaire se construit à la fois à partir d’objectifs documentaires et scientifiques (les thématiques du sport, de l’histoire de l’art), mais aussi d’un contexte événementiel ou commémoratif (le centenaire de la Grande Guerre). Désormais disponibles en ligne ces collections font aussi de plus en plus l’objet d’une médiation thématique et de pages éditoriales qui ont été regroupées dans une rubrique de Gallica intitulée « Sélections », qui permet d’accéder plus facilement à certaines ressources.

L’accroissement des collections numérisées de Gallica se construit également en vue d’une structuration documentaire du territoire et des régions françaises, en particulier par une complémentarité entre les collections de différentes bibliothèques : la numérisation des suppléments illustrés ou des magazines venant même parfois compléter celle de titres de presse locale d’information générale eux-mêmes.

De telles actions combinées ne peuvent faire l’économie d’une démarche préalable de signalement des ressources françaises disponibles. Par une offre d’information bibliographique fine le site Presse locale ancienne, service récemment développé par la BnF, permet ce prérequis. La rapide présentation de cet outil reviendra sur l’utilité d’un tel service à la fois pour la construction d’une politique documentaire mais aussi pour la constitution de corpus autour des magazines illustrés en général.

Patrick Roessler. Neue Welten, neues Sehen, neue Typografien. Die deutsche Illustriertenpresse der Zwischenkriegszeit (Nouveaux mondes, nouvelle vision, nouvelles typographies. La presse illustrée allemande dans l’entre-deux-guerres)

Die illustrierte Massenpresse besaß in der Zwischenkriegszeit eine essentielle Bedeutung für jenen medialen Umbruch, der im Rückblick als “iconic turn” bezeichnet wird. Dieser Visualisierungsschub, der in Deutschland während der Weimarer Republik einsetzte, wurde maßgeblich von dem Stummfilm und der Illustriertenpresse getragen, den beiden damals maßgeblichen Bildmedien mit hoher Publikumsresonanz. Der Vortrag gibt einen Überblick über die gedruckten Bildmedien anhand exemplarischer Periodika jener Epoche, die die visuelle Sozialisation ihres Publikums massiv prägten. Auf der Grundlage eines in jüngerer Zeit entwickelten, theoretischen Zugangs zu Zeitschriften als “kleinen Archiven”, die in einem durch „Verhältnisse der Kollaboration, Komplementarität und Konkurrenz“ gekennzeichneten medialen Umfeld agieren, unterscheidet der Vortrag grundsätzlich zwischen einerseits dem Zeitschriftenmarkt der 1920er Jahre, der in Deutschland stark durch die Innovationen  des “Neuen Sehens” und der “Neuen Typografie” geprägt war, und andererseits der Situation nach den Einschnitten in die Medienfreiheit von 1933 und ihren Restriktionen auch unter der Publikumspresse. Um dabei die Breite und Vielfalt der Medienlandschaft zu verdeutlichen und gleichzeitig die wichtigen Diskursfelder zu markieren, die das Medium durch seine Bildberichterstattung mit prägte, werden verschiedene Illustriertentypen behandelt (z. B. Zeitungsillustrierte, Heftmagazine usw.), die jeweils unterschiedliche Genres abdeckten (z. B. Humor/Satire, Frauen/Mode, Film/Kultur, Design/Werbung usw.). Ein Schwerpunkt liegt dabei auf dem Themenfeld von Politik und Propaganda, wo die Illustrierten wesentlich zu einer Ikonographie des Politischen im 20. Jahrhundert beigetragen haben.

Christina Stange-Fayos. Die Frau, Monatsschrift für das gesamte Frauenleben unserer Zeit, erschien zwischen 1893 und 1943 in Berlin.

Gegründet wurde dieses außergewöhnlich langlebige Periodikum von der Pädagogin Helene Lange (1848-1930), ab 1917 wurde ihre engste Mitarbeiterin Gertrud Bäumer (1873-1954) Mitherausgeberin.  Die Frau war das bedeutendste Sprachrohr der „Gemäßigten“ in der bürgerlichen Frauenbewegung. Besonderes Interesse wird hier der ersten Erscheinungsphase geschenkt: vom ersten Jahrgang der Zeitschrift bis zum Ausbruch des Ersten Weltkriegs, d.h. der Hochphase der deutschen Frauenbewegung im langen 19. Jahrhundert. Sichtbar werden (auch dank der Heranziehung anderer journalistischer Quellen) die vielfältigen diskursiven Verschränkungen ebenso wie die Konflikte mit den anderen Fraktionen der Frauenbewegung und den in erster Linie männlichen Gegnern der Emanzipation. Trotz ihrer moderat dargebotenen Überzeugungsarbeit war „Die Frau“ ein Kampfblatt, das die Interessen eines Großteils der bürgerlichen Frauenbewegung vertrat. Sie intendierte Revolution, allerdings im Gewand der Reform, welches sie gesellschaftsfähig und effizient machte. Die von Helene Lange vorgegebene Strategie, zwar zielstrebig und konsequent, aber langsam und bedacht vorzugehen, erwies sich langfristig als erfolgreich. Obwohl die deutschen Frauen das Wahlrecht erst in der tief erschütterten demokratisierten Nachkriegsgesellschaft erhielten, schien es schon 1914 – auch dank der geduldigen pseudo-reformerischen Agitation der Monatsschrift Die Frau – in greifbare Nähe gerückt zu sein.

Karine Taveaux-Grandpierre. L’internationalisation de la presse magazine féminine. Histoire et diffusion de modèles (XVIII-XXIe siècles)

Le 18 avril dernier, le groupe plurimédia Lagardère annonce entamer des négociations exclusives Czech Media Invest, détenu par le milliardaire Daniel Kretinsky. Sont concernés par cette transaction “Elle et ses déclinaisons, y compris les sites Internet de Elle en France, Version Femina, Art & Décoration, Télé 7 Jours et ses déclinaisons, France Dimanche, Ici Paris et Public »[1]. Certes l’entreprise française avait déjà entamé, en 2011, le transfert de quelques licences au groupe Hearst, éditeur du Harper’s Bazaar. Les titres cédés bénéficiant alors de l’appui de l’entreprise de presse américaine et de sa capacité à décliner des titres à l’international (Cosmopolitan, Men’s Health…). Ce nouveau rebondissement dans le paysage médiatique international illustre la transformation des titres en marque, qui à l’image des marques de luxe, qu’ils servent, changent de propriétaire, tout en essayant de préserver leur identité.

Si ces éditions internationales des titres de presse sont usuelles depuis les années 1980, le phénomène se révèle bien plus ancien.  Dès le milieu du XVIIIe siècle, les magazines féminins sont diffusés en dehors de leur territoire national. Ce type de média apparaît être à l’origine même de l’internationalisation de la presse, dont il demeure encore aujourd’hui le support privilégié. Retracer l’évolution de l’internationalisation des magazines permet de distinguer au moins trois périodes ; tout d’abord objet d’uniformisation, puis d’industrialisation et enfin titres-marques déclinables à l’envie.

La première période inaugure la circulation d’un modèle français basé, en premier lieu, sur l’uniformité d’un public féminin élitiste, dont les centres d’intérêts seraient identiques d’un pays à un autre. Ainsi, prend place, en 1749, Le Magasin français, littéraire et scientifique, magazine féminin français, qui initie son internationalisation par une diffusion franco-anglaise. Sa seconde caractéristique est la contrefaçon, les éditeurs locaux, en l’absence de droit d’auteur, reproduisent à l’identique les titres français, créant une norme en termes de formats et de contenus.

La deuxième période est marquée par l’industrialisation de la presse. Le modèle français s’efface au profit des normes engendrées par les industries culturelles. Ainsi, les progrès techniques amplifient la diffusion et accroissent la qualité de l’impression des textes comme des images alors que la notion de propriété intellectuelle fait son apparition. Les entreprises de presse se structurent et déploient différents titres destinés à des publics segmentés, en réutilisant les mêmes contenus.

La troisième phase de l’internationalisation est marquée par un modèle reposant sur la glocalisation des contenus, qui ne sont plus de simples copies ou traductions. Les textes et les illustrations sont adaptés à la culture du pays où le magazine est décliné comme à leur genre ou à leur âge ou centres d’intérêt. Vogue Paris inaugure le mouvement en se détachant du titre mère américain et proposant un rédactionnel centré sur la culture française et ses créateurs.  Le marché mondial de la presse magazine se concentre depuis autour de grands groupes médiatiques américains tels Hearst, Condé Nast, Meredith ou européens avec Bertelsmann et Lagardère. Le titre de presse devient une marque, aménageable selon un cahier des charges précis et sous l’autorité d’une direction plus ou moins omniprésente dans les choix éditoriaux des titres-filles. La licence devient la norme afin de proposer des produits et des services labellisés assurant de nouvelles sources de revenus aux groupes de presse dans un contexte assombri par la crise et le recul, lui aussi international, des ventes de la presse magazine au profit des médias socionumériques.

[1] Communiqué de presse Lagardère, 18 avril 2018.

Benoit Seguin, Melvin Wevers. Analysis of Press Images using Deep Learning techniques: Opportunities, Challenges, Tools, and Case studies.


The first part of the talk will provide a short overview of computer vision techniques. Through a focus on the recent developments of deep learning, we will try to bring intuitions on the way these powerful algorithms represent the visual information, before presenting potential applications to the Humanities in general, from handwritten documents to photo archives. The second part of the talk will use the digitized newspaper collection of the National Library of the Netherlands as an example and show how to extract images from this collection. Next, we will give three case studies that show how deep learning can be applied to answer historical questions. First, we will show how photographs can be separated from illustrations; second, how images can be clustered based on their visual similarity; and finally, how we detect objects in images? Finally, we will discuss the challenges and opportunities of working with deep learning on historical image collections.
 

Bertrand Tillier. France-Allemagne (1890-1910), la caricature dans les revues illustrées : formes, usages, circulations

S’intéresser à l’image caricaturale dans les revues illustrées, en France et en Allemagne, à la flexion des XIXe et XXe siècles, c’est prendre en compte un type d’objet particulier dans des périodiques qui, s’ils ne sont pas tous satiriques, lui accordent néanmoins une place récurrente. La communication portera sur une sélection de six titres français et allemands, auxquels des études monographiques ont déjà été consacrées – ce sont Le Rire (1894-1918), Le Pêle-Mêle (1895-1921) et L’Assiette au beurre (1901-1912), pour la France ; Der Wahre Jacob (1879-1933), Simplicissimus (1896-1944) et Jugend (1896-1940) pour l’Allemagne –, mais qui seront ici analysés en tant que corpus constitué. A rebours de l’historiographie qui a privilégié l’étude des contenus des images de défiance, sinon d’hostilité, entre les deux pays, on s’intéressera à ce que le nationalisme avéré ou supposé de ces caricatures empêche de bien percevoir – et dont la mémoire et l’histoire ont été occultées par la guerre de 1914-1918 –, c’est-à-dire leurs circulations transnationales entre la France et l’Allemagne durant les décennies 1890-1910, avec les significations et les conséquences de ces phénomènes de transferts et de migrations d’un pays à l’autre. Les dessinateurs, les éditeurs et les objets matériels seront donc ici appréhendés comme des phénomènes constitutifs d’une culture européenne.

Bertrand Tillier est professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, où il enseigne la culture visuelle et l’histoire des médias. Historien de l’art et des images, il s’intéresse aux objets visuels des XIXe et XXe siècles, dans la perspective d’une histoire culturelle et sociale des imaginaires. Codirecteur de la revue Sociétés & Représentations (Editions de la Sorbonne), il est l’auteur de nombreux livres, parmi lesquels Caricaturesque (La Martinière, 2016) et Le Trait 68, insubordination graphique et contestations politiques (avec Vincent Chambarlhac et Julien Hage, Citadelles & Mazenod, 2018).

Annette Vowinckel. Die Arbeit der Bildredakteure unter Berücksichtigung der internationalen Einflüsse und Netzwerke

Bildredakteure agieren hinter den Kulissen und sind oft nicht namentlich bekannt. Trotzdem ist ihr Einfluss auf die Gestaltung kollektiver Bildhaushalte und –gedächtnisse kaum zu überschätzen: Sie erteilen Aufträge, wählen Bilder für Publikationen aus, protegieren Fotografen, entwickeln visuelle Narrative, bestimmen die Preise und organisieren die Archivierung von Bildern. Thema des Vortrags sind zum einen die verschiedenen Arbeitsabläufe, die ein/e Bildredakteur/in organisiert, zum anderen die professionellen Netzwerke von Bildredakteuren, die sich ab den 1920er Jahren auch anhand von Migrationsbewegungen darstellen lassen.